Le message essentiel
   Mentors
   Quatre étapes
   Projet complexe

  Manifeste
   Responsabilité universelle
   Ethique globale
   Paix intérieure
   Sofia Stril-Rever

  Droit et Conscience
   Acte fondateur
   Programme

  Faites la révolution !

  Réseau de mentors
   Egalité des chances
   Des nouveaux moteurs
   Trois principes d'action
   Des mentors courageux
   Des jeunes pour l'emploi

  Entraînements
   Dix-sept objectifs de l'ONU
   Réussir les projets complexes
   Relever les grands défis
   Construire une croissance durable

  Événements

  Ressources
   Fondations
   Références
   Liens utiles
   Vidéos
   Bibliographie

  Adhésion
   A propos

     

ETHIQUE GLOBALE

L’expression « éthique globale » est aujourd’hui préférée à « éthique laïque » dont l’acception était identique.

Le Dalaï-lama parle non seulement de la responsabilité universelle, mais aussi de l’éthique globale. Bien sûr, l’éthique particulière à chacune de nos traditions religieuses est encore très enseignée. Cet enseignement reste extrêmement importante. Même si nous ne parvenons pas toujours à nous y conformer et à les mettre en pratique au quotidien, les normes de moralité et d’éthique enseignées dans chaque religion sont maintenues à un niveau élevé. Par ailleurs, ceux qui ne se réclament d’aucune tradition spirituelle et n’ont ni foi, ni respect pour aucun principe religieux, représentent une proportion énorme de la population mondiale. Mais eux aussi ont besoin, d’une manière ou d’une autre, d’une morale, d’un code de conduite et d’une conception éthique. Les codes de comportement éthique ne sont pas obligatoirement dictés par la religion ou la tradition et s’appliquent à l’ensemble de la société, y compris les non-croyants. Aujourd’hui, « l’homme est un animal social ».

Nous vivons ensemble en société et, que vous soyez croyant ou non-croyant, vous devez donc être sociable. Un certain code de conduite est nécessaire pour que vous ne délaissiez pas vos obligations envers la société et ses membres avec lesquelles vous êtes en relation constante. Bien sûr, le qualificatif « laïque » dans « éthique laïque » est lourd de sens, et laïque, comme laïcité, a de nombreuses connotations. Je crois qu’on trouve plus de cinquante acceptions différentes dans les dictionnaires. Généralement, cependant, laïc peut être interprété de trois façons : antireligieux ; non-religieux ; et indifférent à la religion ou croyant dans l’égalité de toutes les religions. Pour le Mahatma Gandhi, la laïcité signifiait respect égal de toutes les traditions religieuses. C’est l’option la plus facile ; vous n’êtes pas obligé de croire en une religion, toutefois vous n’avez pas le droit de manquer de respect aux religions : vous les traitez toutes avec un égal respect.

« Laïque », dans « éthique laïque », fait donc référence à ceux qui ne croient pas en une religion, mais qui sont désireux de mener la vie d’une personne civilisée. Tout humain civilisé doit adhérer à certains principes éthiques. Je crois que ceux d’entre nous qui se considèrent comme pratiquants d’une religion ont la responsabilité de susciter un intérêt pour l’éthique laïque chez ceux qui n’ont pas foi en une religion, mais sont instruits et civilisés, et susceptibles de respecter ce type de valeurs morales. Cette conception de l’éthique laïque peut s’appliquer à de nombreux domaines : éthique en affaires, éthique en politique, éthique dans la vie professionnelle, éthique dans tous les milieux sociaux. Sans faire aucune référence aux enseignements des religions et des saintes écritures, les valeurs éthiques concernent donc tout le monde. C’est pourquoi les concepts de responsabilité universelle et d’éthique laïque sont d’une importance égale et capitale pour tous.

Professeur Samdhong Rinpoche

(Extrait d’un enseignement donné à Lerab Ling, France, le 23 juillet 2006)










Copyright : O.VISION Consultants
Design : Audrey Guizol et Cyrille Cerceau | Image source : Shutterstock